Bâbord Tribord sur un bateau : ce que cela signifie

La plupart d’entre vous ont sans doute déjà entendu parler de bâbord et de tribord à propos d’un bâteau.

Il s’agit en fait de termes nautiques qui font référence aux côtés gauche et droit du navire, respectivement, lorsque vous regardez vers la proue (l’avant du navire – également connu sous le nom de Fore).

L’arrière du navire est appelé Stern (également connu sous le nom de Aft).

Il y a beaucoup de réponses quant à l’évolution des noms Bâbord et Tribord.

Historique anglais des termes bâbord et tribord

Avant que les navires n’aient des gouvernails sur leur ligne médiane, ils étaient dirigés à l’aide d’une rame spécialisée. Cet aviron était tenu par un rameur situé à la poupe (arrière) du navire…

Cependant, comme dans la plupart des sociétés, il y avait beaucoup plus de marins droitiers que de gauchers.

Cela signifie que la rame de gouvernail (qui avait été élargie pour permettre un meilleur contrôle) était fixée sur le côté droit du navire.

Le terme Bâbord est dérivé de la pratique des marins qui amarraient les navires sur le côté gauche dans les ports afin d’éviter que la rame de gouvernail ne soit écrasée.

Au musée de la chaloupe d’Oslo, on apprend qu’une chaloupe viking était dirigée par une grande planche de bois appelée « planche de gouvernail », dont l’équivalent moderne est la barre ou le gouvernail.

La planche de gouvernail était actionnée par le timonier tourné vers l’avant et, comme la plupart des gens sont droitiers, il tenait naturellement la planche de gouvernail dans sa main droite.

Le gouvernail étant toujours à droite, le côté droit du navire est devenu le côté du gouvernail.

Par la suite, le terme « steer-board » s’est fondu dans la langue anglaise et a évolué en « tribord ».

Autre version

Une autre version est que, dans les temps anciens, avant l’avènement des cartes, la navigation se faisait en suivant la disposition des étoiles dans le ciel.

Habituellement, les vieux voiliers avaient de longs mâts et de longues voiles qui gênaient la visibilité du barreur et les marins aménageaient un pont s’étendant sur le côté droit pour regarder les étoiles et continuer à naviguer.

Ainsi, une personne sur le navire avait l’habitude de lire l’emplacement des départs assis sur le pont et de transmettre la même chose au timonier.

Le pont qui était utilisé pour regarder les étoiles et décider de la route à suivre était appelé le pont tribord. En raison de ce pont étendu sur le côté droit, seul l’autre côté du navire pouvait être amené vers le port et on l’appelait le côté bâbord.

Une fois que le gouvernail moderne à poste central a été développé, il n’était plus nécessaire d’accoster avec le côté bâbord du navire vers le port. Les navires accostent désormais à tribord ou à bâbord.

Les caractéristiques des côtés bâbord et tribord

Le côté bâbord a des feux de navigation rouges, le côté tribord a des feux de navigation verts.

Les navires disposent également de feux blancs en tête de mât et à l’arrière qui, combinés aux feux rouges et verts, permettent d’identifier plus facilement la direction du navire la nuit.

Ces feux de navigation sont une aide importante lorsque le navire doit suivre des COLREGS.

Ces feux sont utilisés pour identifier la direction et la position du navire la nuit et sont également utilisés lorsqu’il y a une situation de face à face, de croisement ou de dépassement.

Par exemple, si deux navires s’approchent l’un de l’autre de front, chacun d’eux doit changer de cap sur tribord, de sorte qu’ils se croisent de bâbord à bâbord, sauf indication contraire, comme dans le code de la route.

COLREGS

Le COLREGS ou Convention sur le règlement international pour prévenir les abordages en mer a été adopté le 20 octobre 1972 et est entré en vigueur le 15 juillet 1977 .

La Convention de 1972 a été conçue pour mettre à jour et remplacer le Règlement sur les abordages de 1960 qui avait été adopté en même temps que la Convention SOLAS de 1960 .

L’une des innovations les plus importantes du COLREG de 1972 est la reconnaissance des dispositifs de séparation du trafic – la règle 10 donne des indications pour déterminer la vitesse de sécurité, le risque d’abordage et la conduite des navires opérant à l’intérieur ou à proximité des dispositifs de séparation du trafic…

Les COLREG comprennent 41 règles divisées en six sections :

  • Partie A – Généralités ;
  • Partie B – Direction et navigation ;
  • Partie C – Feux et formes ;
  • Partie D – Signaux sonores et lumineux ;
  • Partie E – Exemptions ; et
  • Partie F – Vérification de la conformité aux dispositions de la convention.

Le COLREGS comporte également quatre annexes contenant :

  1. les prescriptions techniques concernant les feux et les formes et leur positionnement ;
  2. les appareils de signalisation sonore ;
  3. les signaux supplémentaires pour les navires de pêche lorsqu’ils opèrent à proximité immédiate, et
  4. les signaux de détresse internationaux.